Dialogue social Le CHU de La Réunion attend l’appui du Copermo pour tenir son plan de titularisations

Publié le 25/10/16 – 16h38 – HOSPIMEDIA
Le 17 octobre dernier, l’intersyndicale conduite par la CFTC, FO et l’Unsa a mis un terme au conflit social qui secouait depuis quelques jours le CHU de La Réunion. Avec, à la clé, des garanties obtenues auprès du directeur général (DG), Lionel Calenge, quant à la poursuite du mouvement de titularisation des contractuels inscrit dans le « pacte fondateur » du CHU, à savoir le volet social lié au contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens 2012-2016.
À fin 2015, 1 432 titularisations ont été effectuées, a précisé le DG ce 25 octobre à Hospimedia. Il reste encore à stagiairiser d’ici la fin décembre 176 agents qui enchaînent depuis plus de deux ans des contrats à durée déterminée (CDD). De fait, les concours vont être sous peu lancés, a fait savoir le dirigeant hospitalier. Au passage, les pouvoirs publics réunionnais, ARS et préfecture en tête, ont laissé entendre aux syndicats qu’ils accompagneraient l’hôpital dans le financement de ces dernières titularisations, dont le coût se chiffre à environ 6 000 euros (€) par agent, soit un total d’à peu près 900 000 €. Par ailleurs, Lionel Calenge a également promis d' »assouplir les mensualités de remplacement pour permettre aux services en tension de bien finir l’année 2016″. S’ajoutent à cela plusieurs autres mesures d’ores et déjà inscrites au projet social 2016-2018 et rappelées par l’intersyndicale dans un communiqué : la sécurisation des contractuels de plus d’un an d’ancienneté, la mise en place d’un comité de suivi des contrats d’avenir en vue de leur intégration, la création d’un comité départemental sur la loi Sauvadet de 2012 consacrée à l’intégration des contractuels, etc.
Un bémol cependant dans ce listing de dispositions : la situation financière du CHU, dont le déficit a atteint 20 millions d’euros (M€) fin 2015 et devrait avoisiner les 25 M€ à la fin de l’exercice budgétaire 2016. Cette année, l’établissement perd ainsi 7,5 M€ à cause de la nouvelle tarification journalière en groupe homogène de séjour pour les assurés sociaux mahorais. Sans compter l’impact, qui ne cesse de s’accroître, de son appui régional à la couverture sanitaire de Mayotte : les créances non couvertes au titre de l’aide médicale d’État (2 M€ en 2015), les évacuations sanitaires qui devraient atteindre les 1 000 cette année… Pour mener à bien son projet social et, plus globalement, son redressement, le CHU sollicitera le 13 décembre prochain le volet performance du Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins hospitaliers (Copermo). L’établissement est aussi dans l’attente du rendu sous peu des préconisations de l’audit flash mené par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Cette mission doit clarifier aussi bien l’aide réclamée à la tutelle au titre du plan pluriannuel d’investissement que celle attendue pour éponger la charge financière de Mayotte.
Thomas Quéguiner Tous droits réservés 2001/2016 — HOSPIMEDIA

Le Trésorier
Patrick Mercier
06 19 99 35 33
Fédération CFTC Santé Sociaux
34 quai de la Loire – 75019 PARIS