La Fédération CFTC Santé Sociaux vient interpeller le Ministre des Solidarités et de la Santé ce jour par courrier concernant la situation critique des établissements médico-sociaux en matière de personnel.

La CFTC expliquait à Olivier VERAN que le personnel se désespérait déjà de leur métier avant la crise sanitaire. Ce sentiment est démontré par le turnover des salariés au sein des établissements mais aussi la perte de sens de leur métier et la disparition des vocations. À la suite de cette pandémie, cette perception s’est accentuée avec l’épuisement, physique et émotionnel des professionnels.

Aujourd’hui, l’été se profile avec un manque criant de recrutement dans tous les secteurs eu égard à cette crise « Covid-19 » et les répercussions que nous connaissons.

Le Rapport El Khomri « Plan de mobilisation nationale en faveur de l’attractivité des métiers du Grand Âge » préconisait déjà la création de 93 000 postes supplémentaires d’Aides-Soignants et Accompagnants éducatif et Social dans les 5 années à venir, et la formation de 260 000 professionnels pour pourvoir aux postes vacants. Avec les postes non-pourvus (60 000 en 2019) et le départ en retraite programmés, ce nombre est loin d’être suffisant pour remédier aux besoins de ces métiers liés au Grand Âge.

La CFTC rappelle son attachement à la mise en place de la Commission Grand Âge (1 agent pour 1 personne âgée).

Le personnel est soumis à des rythmes indécents d’activités. Pourtant leurs cris d’alarme n’ont pas été entendus. Un des éléments significatifs : le taux de sinistralité (AT/MP) dans ces secteurs comparativement aux autres activités hors sanitaires, sociales et médico-sociales.

La Fédération CFTC Santé Sociaux réaffirme qu’il y a urgence à prévoir du personnel supplémentaire notamment pour la période estivale, en respectant le 1 pour 1 (1 remplaçant par agent en congés dans les secteurs accueillant les personnes âgées).

Cet épisode sinistre a su démontrer l’urgence à déployer les propositions du rapport précité et d’aller encore plus loin que ses préconisations.

La CFTC est persuadée qu’il faut agir avec diligence car nous ne sommes pas à l’abri d’une période estivale caniculaire, d’où l’obligation de prendre des dispositions essentielles pour éviter une nouvelle catastrophe dont nombre de nos aînés ne se relèveraient pas.

La dégradation des conditions d’exercice de leurs métiers et le renforcement des contraintes liés à la situation ont renforcé la pénibilité de leurs activités voir dans certains cas en les rendant insupportables.

La CFTC assure que les agents et salariés de ces secteurs ont besoin de bien plus qu’une prime, ils ont besoin d’une réelle reconnaissance de l’engagement qu’exige leur métier.

Frédéric FISCHBACH
Secrétaire Général