Vendredi 02 Avril 2021 à 09h00 – mise à jour 19h30

Emmanuel Macron, lors de son allocution du 31 Mars 2021, a annoncé la fermeture des crèches et des écoles primaires pour trois semaines, jusqu’au 26 avril.

Le Jeudi, 1er Avril 2021, Matignon annonçait que les assistants maternels ne pourront plus accueillir d’enfants pendant la même durée, afin de rester “en cohérence avec les crèches”. Néanmoins, les gardes à domicile ne seront «pas concernées» par ces restrictions selon Matignon. Les Assistants maternels pourront accueillir les enfants des professionnels dits prioritaires dont la liste n’est toujours pas finalisée. vous trouverez la liste ci-jointe.

Lors de cette même journée, Matignon précisait, à l’AFP, que l’interdiction d’accueil des assistants maternels était envisagée mais n’était pas encore tout à fait actée. 

La Fédération CFTC Santé Sociaux s’interroge sur ce rétropédalage et estime que les assistants maternels ainsi que leurs employeurs ont besoin de lisibilité. En effet, les parents devront s’organiser, si cette décision venait à être confirmée.

La CFTC rappelle que l’ordonnance n°2020-310 du 25 mars 2020 permettait aux assistantes maternelles agréées d’accueillir jusqu’à 6 enfants simultanément et cette mesure avait été prolongée jusqu’au 30 juin 2021.

Ce changement de prisme nous laisse perplexe.  

Pour finir, en cas d’interdiction d’accueil, le montant de la compensation salariale pour ces professionnels de la petite enfance, n’a toujours pas été défini. Le Gouvernement ne garantit pas que la mesure compensatoire soit identique à l’activité partielle prévue lors des précédentes restrictions, ni même son montant.

Par conséquent, la CFTC exige une position claire pour permettre à ce secteur de s’organiser et ainsi éviter de mettre de nombreux salariés en difficultés.

En effet, la majorité des salariés sont placés, si possible, en situation de télétravail. Il s’avère être compliqué de télétravailler et de s’occuper parallèlement d’un ou plusieurs jeunes enfants qui demandent beaucoup d’attention. De plus, de nombreux salariés non considérés comme professionnels dits prioritaires devront se rendre sur leur lieu de travail pour des tâches ne pouvant être télétravaillés. Pour rappel, presque 24% des familles en France sont monoparentales dont presque 30% vives sous le seuil de pauvreté.

Notre Fédération demande au Gouvernement d’être plus juste, mais surtout plus clair dans les mesures mise en place et leurs annonces. 

Comme l’a écrit Émile de Girardin en 1852 dans La Politique Universelle

« Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte »

 

Mise à jour

  • 02 Avril 2021 – 15h00 

Selon l’inspection académique seule source pour le moment – La liste limitative des professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie pour lesquels une solution d’accueil est proposée :

    • Les personnels des établissements de santé ;
    • Les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’État, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes ;
    • Les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers ;
    • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
    • Les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants :
      • EHPAD et EHPA (personnes âgées) ;
      • Établissements pour personnes handicapées ;
      • Services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ;
      • Services infirmiers d’aide à domicile ;
      • Lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ;
      • Appartements de coordination thérapeutique ;
      • CSAPA et CAARUD ;
      • Nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
    • Les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
    • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil ;
    • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillant de la pénitentiaire).

 

  • 02 Avril 2021 – 17h45 
Selon une source (non officiel), le gouvernement a annoncé, à l’issue d’une réunion organisée par le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, qu’elles pourront finalement garder les enfants pendant les trois prochaines semaines. Néanmoins, il sera demandé aux parents employeurs d’être responsable et de ne faire appel aux assistantes maternelles qu’en cas d’extrême nécessité. 

  • 02 Avril 2021 – 19h00

LES PROFESSIONNELS INDISPENSABLES A LA GESTION DE L’ÉPIDÉMIE POUR LESQUELS UNE SOLUTION D’ACCUEIL DOIT ÊTRE PROPOSÉE

    • Tous les personnels des établissements de santé ;
    • Les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes ;
    • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers;
    • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
    • Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants :
      • EHPAD et EHPA (personnes âgées) ;
      • Établissements pour personnes handicapées ;
      • Services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ;
      • Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ;
      • Appartements de coordination thérapeutique ;
      • CSAPA et CAARUD ;
      • Nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
    • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
    • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil ;
    • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillant de la pénitentiaire).

Le Préfet de département est chargé d’identifier et de prioriser les besoins d’autres personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire et à la vie de la Nation. Il transmet au recteur d’académie la liste des enfants concernés avec leurs adresses de scolarisation habituelle. En fonction des capacités d’accueil, le recteur informe le Préfet du nombre d’enfants qui peuvent être accueillis dans le respect des consignes de sécurité ainsi que les lieux d’accueil.

  • 02 Avril 2021 – 19h30
Après 24h de flou artistique, le Gouvernement éclaire enfin le secteur sur la prise en charge des jeunes enfant par les assistants maternels
 
COVID-19 – Précisions concernant les activités d’accueil du jeune enfant
En raison de la situation de crise épidémique aiguë que nous traversons, le Président de la République a annoncé mercredi 31 mars de nouvelles mesures de freinage de l’épidémie. A ce titre, les écoles et les crèches seront fermées à compter du mardi 6 avril jusqu’au dimanche 25 avril, l’impact de ces mesures pour les enfants étant limité par le positionnement des congés scolaires du 11 avril au 25 avril.
L’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire sera assuré pendant cette période. Au-delà de la mobilisation de l’éducation nationale et des collectivités territoriales, cet accueil se fera sur inscription à partir du 4 avril sur le site mon-enfant.fr, par des crèches, des assistants maternels et des professionnels de la garde à domicile.
Les professionnels concernés en exercice pour assurer le service minimum d’accueil seront eux-mêmes personnels prioritaires pour la garde de leurs propres enfants.
S’agissant de la garde individuelle d’enfant en dehors du domicile (assistant maternel, micro-crèche), le Gouvernement recommande aux parents, dans un esprit de responsabilité collective, de ne pas recourir à ce système de garde, sauf en cas d’absolue nécessité, afin de tout faire pour freiner la circulation du virus. En cas d’accueil ne pouvant être évité, un protocole sanitaire renforcé sera mis en place et communiqué aux professionnels dans les tout prochains jours. Dans ces conditions et compte tenu de la forte réduction attendue du nombre d’enfants accueillis par chaque professionnel pour les prochaines semaines, le Gouvernement a décidé de ne pas suspendre ce mode d’accueil.
Afin de compenser les heures non effectuées, les assistants maternels pourront bénéficier d’un dispositif d’activité partielle pendant la période.
Vos Contacts :

PATRICK MERCIER – PRÉSIDENT

TÉL. : 06.19.99.35.33 – @ : PMERCIER@CFTC-SANTESOCIAUX.FR

FRÉDÉRIC FISCHBACH – SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

TÉL. : 06.62.06.63.45 – @ : FFISCHBACH@CFTC-SANTESOCIAUX.FR