LES SALARIÉS DE NOS BRANCHES EN PREMIÈRE LIGNE !

 

À l’heure où j’écris ces lignes, notre pays est sur le point de passer au Stade 3 du plan de lutte contre les épidémies. L’omniprésence médiatique du Covid-19 et la campagne gouvernementale d’information tardive ont renforcé la morosité latente qui touche notre pays depuis plusieurs mois.

La CFTC regrette que cet événement occulte les autres sujets d’actualité, notamment ceux sur la réforme des retraites. Après la démission d’Agnès BUZYN en pleine crise sanitaire (Coronavirus) et sociale (structurelle des hôpitaux et réforme des retraites), le nouveau Ministre de la Santé, Olivier VERAN, tente de calmer les esprits en annonçant une dotation supplémentaire de 260 Millions d’Euros afin d’aider les hôpitaux. Cette somme sera prélevée sur les réserves budgétaires 2019 non dépensées par les établissements de santé. La CFTC déplore qu’aucune hausse de dotation pérenne ne soit envisagée par le Ministère. Cette an-nonce n’est ni plus ni moins qu’un simple transfert de charges.

La propagation du virus démontre les dysfonctionnements en matière de gestion de cette crise sanitaire. Selon le guide méthodologique du ministère des Solidarités et de la Santé, «l’ensemble des établissements sanitaires doivent participer au diagnostic et à la prise en charge des cas suspects, de même que les établissements médico-sociaux doivent monter en charge : être en capacité de repérer les patients suspects et mettre en œuvre des mesures d’isolement dans leur établissement si nécessaire». Par conséquent, lors du passage en Stade 3 du plan, l’ensemble du système de santé sera mobilisé. Le but étant d’atténuer au maximum les effets néfastes de la maladie. Quelles seront les conséquences de cette crise sur nos collègues déjà usés par leurs conditions de travail actuelles ?

De plus, tout un secteur des activités rattachées à notre Fédération est encore plus exposé, celui des intervenants à domicile (Salariés du Particulier Employeur, Branche de l’aide à domicile, Branche des services à la personne, SESSAD, …). En effet, il n’est pas rare de voir les intervenants à domicile sans équipement de protection particulier, ces salariés n’étant pas considérés comme intervenants prioritaires. Comment dans ces conditions éviter la propagation du virus auprès d’un public fragile (malades chroniques, personnes âgées, …) ? La CFTC s’interroge sur les conséquences à court et long terme sur ce secteur d’activité.

La CFTC restera vigilante quant à la mise en œuvre des mesures pour protéger nos collègues et les usagers. 

Frédéric FISCHBACH
Secrétaire Général