Alors que les fonds de la CNSA, ne sont pas totalement utilisés, la circulaire budgétaire du 15 mars 2013, prévoit une maîtrise des coûts totalement en décalage au regard des réels besoins pour les Personnes Agées.

Cette circulaire prévoit :

  • Le maintien du gel du tarif global.
  • Une augmentation de l’ONDAM à 4% Pour la CFTC, ce taux va juste couvrir la reconduction de l’existant, ce qui est insuffisant face à la dépendance grandissante de la population hébergée en institution et à la croissance exponentielle du montant de leur prise en charge.
  • L’aide au financement de la maladie d’ALZHEIMER. Pour les personnes atteintes de la maladie d’ALZHEIMER en établissement d’accueil, le financement de leur prise en charge, sera prélevé sur le FIR (fond d’intervention régional).
  • Une dotation de 7 millions d’euros, pour les conventions tripartites signées antérieurement à 2012.

Cela ne représente qu’une goutte d’eau dans cet immense océan
MAIS IL FAUDRA EN PROFITER !!!

  • Une médicalisation accrue devant s’effectuer à coût constant. Pour la CFTC, alors que les besoins en personnels : AS, IDE, médecins sont sous dotés, c’est une tout autre politique budgétaire plus conséquente qui doit venir soutenir le financement des EHPAD. Les insuffisances de moyens sont devenues trop contraintes pour atteindre les objectifs de qualité de prise en charge attendus.
  • Pour la CFTC, cette enveloppe est sans rapport avec les besoins en effectifs nécessaires face à la charge de travail.

Si les établissements accueillant des personnes âgées étaient en sureffectifs, cela se saurait

  • La comptabilisation des médicaments sur les soins de ville à partir du 1er juillet 2013. Pour la CFTC, la politique de la fongibilité des financements est inacceptable : il s’agit de tirer vers le bas les moyens alloués et de redéployer les efforts financiers entre les secteurs.

La misère c’est comme la confiture, il faut l’étaler sur du pain sec

  • Un taux de reconduction de 1,4% pour actualiser la masse salariale. Ce taux ne peut couvrir le GVT et les diverses augmentations de prestations ; Une dotation supplémentaire devrait même être allouée pour l’augmentation de certains actes infirmiers libéraux et l’intégration des infirmiers en catégorie A pour le secteur public…

La complexité de la gestion conduit à des incompréhensions, des erreurs voire des injustices et à un réel déclin des établissements

La CFTC dit NON !
au déclin, d’autant que des moyens pérennes ont été votés

La Fédération santé sociaux CFTC ne peut admettre un nouveau degré dans la régression et la dégradation des prises en charge des personnes âgées et des personnes atteintes de maladie d’ALZHEIMER ou autres troubles cognitifs. Il n’est aucunement rappelé dans cette circulaire l’ensemble des « SERVICES DE VIE » dus aux personnes âgées institutionnalisées.

Pour la CFTC, cela relève d’une « atteinte aux Droits de l’Homme ». La CFTC s’insurge et appelle chacun et chacune à réagir.

Les orientations de la CFTC :

La CFTC exige des budgets à la hauteur des objectifs et des enjeux humains. La nouvelle contribution demandée aux retraités doit servir à cela.

  • La CFTC demande des emplois qualifiés comme prévu dans la commission « GRAND AGE » (1 salarié pour une personne âgée en GIR I et II) avec une pondération pour les autres GIR sans oublier les remplacements pour pallier aux absences pour congés annuels et de formation mais aussi les arrêts maladie liés à l’épuisement professionnel.
  • La CFTC appelle les responsables d’établissements à fédérer la participation des personnels autour de l’élaboration des plannings pour une meilleure organisation du travail.
  • La participation active du FIR (fond d’intervention régional) doit aider au développement de la formation (y compris les promotions professionnelles des ASHQ-AS-AMP-IDE) et aider à l’amélioration les conditions de travail.
  • La CFTC demande une augmentation substantielle de la NBI pour les soignants, les administratifs, les ouvriers…. Avec des déroulements de carrière conformes aux textes en vigueur dans le secteur public et le secteur privé.
  • La CFTC, rappelle que la vie des personnes âgées en institution doit être sereine dans un environnement agréable et diversifié. La mise en place d’un projet de vie individualisé, s’inscrivant dans une démarche de qualité est indispensable.

Des exemples ?

La création de jardins thérapeutiques, de lieux de vie où il fait bon vivre, avec des animations collectives et personnalisées sans omettre une restauration où le plaisir de bien manger sainement, et ce dans un cadre agréable doit faire partie du quotidien ; les résidents doivent y trouver convivialité, confort, plats de qualité, quel que soit leur régime alimentaire, avec des déclinaisons de menus, spécifiquement élaborés à leur intention.

Pour la CFTC, il est du devoir de l’employeur de préserver la santé et la sécurité des personnels au travail et d’assurer la qualité de vie des personnes âgées.