Dans un souci de simplification, le gouvernement semble vouloir modifier – par ordonnance – les législations en matière la création de places en établissements d’accueil des jeunes enfants (EAJE). Cette réforme prend place dans la stratégie pauvreté et dans les nouveaux objectifs de la COG de la CAF (convention d’objectifs et de gestion) 2018-2022. 30 000 nouvelles places en crèche devront être créées d’ici la fin du mandat d’Emmanuel Macron. Simplifier et améliorer la Fédération CFTC Santé Sociaux y est favorable à la condition que cela ne nuise ni à la sécurité, ni au bien-être, des enfants et des salariés.

MARCHE FORCÉE

Devant la difficulté des communes à créer de nouvelles crèches, les échéances électorales municipales qui arrivent l’an prochain, l’accueil des enfants risquent de se faire à marcher forcée.  La qualité de l’accueil et les conditions de travail doivent être préservées. Les jeunes enfants sont le présent de notre société et doivent pouvoir grandir en sécurité physique et affective. L’ombre d’un accueil surnuméraire de manière pérenne plane dangereusement sur les salariés. Cela aurait une incidence non négligeable sur les conditions de travail de ces salariés.

ENCADREMENT

A côté de ce renforcement du nombre d’enfants, il est aussi question du changement, certes à la marge, du ratio d’encadrement. Les adhérents CFTC de ce secteur d’activité ont attiré notre attention que dans les faits cela fragilisera la qualité du travail. A côté de la théorie, il y a la pratique et le fait que l’absentéisme est important dans ce secteur d’activité. Modifier le taux d’encadrement risque non seulement d’alourdir la charge de travail des salariés et nuire à la qualité d’accueil due aux enfants et aux liens avec les parents.

ATTRACTIVITÉ

Dans cette réforme des modes d’accueil, il serait question également de revoir le nombre de  « professionnels qualifiés ». Non seulement, cette définition ne veut pas dire grand mais surtout si baisser les compétences à pour enjeu l’attractivité du métier c’est faire fausse route. Avoir en charge de faire grandir les plus jeunes de notre société demande un savoir être qui passe par un savoir faire et une compétence reconnue. L’attractivité du métier doit passer par une revalorisation des salaires et non dans l’emploi de personnes non ou peu qualifiées.

La Fédération CFTC Santé Sociaux estime que la transformation de  la prise en charge des jeunes enfants en impactant  le travail des salariés qui travaillent à leur plein épanouissement demande de prendre le temps d’une vraie concertation. Syndicat de construction sociale, attentif aux familles et à ceux qui travaillent à leurs côtés, elle demande au gouvernement de participer à cette concertation pour porter la voix de ces salariés. Fidèle à ces valeurs de dialogue, de construction d’une société plus juste et plus fraternelle, de condition de vie digne pour chacun, La Fédération CFTC Santé Sociaux saura faire entendre sa voix devant les enjeux de cette réforme.

Vos contacts :

Patrick MERCIER

Tél. : 06 19 99 35 33

pmercier@cftc-santesociaux.fr

Frédéric FISCHBACH

Tél. : 06 62 06 63 45

ffischbach@cftc-santesociaux.fr

Pierre-Baptiste
CORDIER SIMONNEAU

Tél. : 06 81 05 70 71

pbcordiersimonneau@cftc-santesociaux.fr