Soyons mobilisés le 5 mai, Journée mondiale de la Sage-Femme.

Il est inacceptable de voir qu’un gouvernement fait fi d’une mobilisation nationale de plus de 6 mois. Depuis le début du mouvement, les organisations professionnelles du Collectif des sages-femmes, qui représentent l’ensemble de la profession et les étudiants majoritairement mobilisés, n’ont jamais été considérés comme des interlocuteurs à part entière, malgré les réflexions et les écrits produits.

5 organisations syndicales ou associatives représentant uniquement des sages-femmes ou des étudiants sage-femme, dont le syndicat, l’ONSSF, reconnu majoritaire par les Pouvoirs Publics, le Collège national des sages-femmes et l’association nationale des étudiants SF, 5 organisations professionnelles soutenues par une organisation syndicale, la CFTC, représentative dans le monde hospitalier, toutes ignorées depuis mars par le ministère de la santé !

Les sages-femmes sont à l’origine du mouvement de grève et les seules, avec qui le Ministère et la DGOS travaillent, sont ceux qui n’ont rien fait ces 12 dernières années et qui se targuent de représenter les sagesfemmes, les centrales syndicales, hors la CFTC. La CFTC n’a même pas été reçue par la DGOS dans le cadre des réunions bilatérales sur les revalorisations salariales.

Les sages-femmes savent maintenant sur qui elles doivent compter pour défendre leur avenir et se battre pour la profession et pour les femmes dont elles s’occupent quotidiennement.

La circulaire de Mme Touraine ne sera pas appliquée : en effet des sages-femmes d’hôpitaux différents sont allées au bureau des affaires médicales afin de se renseigner sur la mise en oeuvre de cette circulaire, et la réponse qu’elles ont toutes eu est que ce n’est pas applicable car le bureau des affaires médicales ne gèrent pas les agents de la Fonction Publique Hospitalière !

Les revalorisations salariales, après 12 ans d’immobilisme, ne seront pas à la hauteur de la responsabilité mise en jeu dans notre exercice quotidien malgré l’engagement pris par la Ministre dans la circulaire parue en avril. Elles ne correspondront qu’au rattrapage attendu depuis 2010 (l’Etat et les établissements ayant gagné 5 ans sur le dos des sages-femmes) – les SF étant les seuls professionnels de la catégorie A de la FPH à ne pas avoir été revalorisés à ce jour. Pire ces revalorisations ne concernent que les hospitalières des établissements publics. Quid des sages-femmes territoriales et des sages-femmes travaillant dans le privé (FHP et FEHAP) ?
Quid de la reconnaissance et de la visibilité des sages-femmes libérales, praticien de 1er recours en santé des femmes ?

La Stratégie Nationale de Santé se travaille et s’écrit en ce moment ; si les sages-femmes et les étudiants tiennent à s’inscrire dans un dispositif pour la prise en charge des soins primaires en périnatalité et dans la santé génésique des femmes, cela ne pourra se faire que parce que les sages-femmes et les étudiants montreront leur détermination et que nous sommes toujours là, vigilants.

Le Collectif des sages-femmes, dont la CFTC, et le syndicat professionnel ONSSF ont fait des propositions concrètes, obligeons le ministère à les prendre en compte !

Secrétariat du Collectif assuré par secretariat@onssf.fr pour les sages-femmes et relationspros@anesf.com pour les étudiants. Cette journée mondiale de la Sage-Femme permet de nous rassembler à nouveau afin de poursuivre ce qui est en marche depuis le 16 octobre. Les sages-femmes informeront encore la population pour que les femmes aient réellement le choix de leur praticien.

Ce que revendiquent les sages-femmes et les étudiants est légitime.
Ce combat est juste.
Notre légitimité c’est vous.
Alors le 5 mai, jour symbolique pour les sages-femmes, profitons de cette journée qui nous rend visible sur le plan mondial pour nous rendre visible sur le plan national.

Le collectif des sages-femmes :

  • l’Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes
  • le Collège National des Sages-Femmes de France
  • la Conférence Nationale des Enseignants en Maïeutique
  • la Fédération CFTC Santé sociaux
  • l’Association Nationale des Sages-Femmes Cadres
  • l’Association Nationale des Etudiants Sages-Femmes

Pour télécharger le communiqué de presse : pdf