La CFTC participait lundi 12 mai à la 2ème réunion de «négociation » sur la reconnaissance statutaire des sages-femmes, à la suite des décisions prises par Marisol Touraine.

De négociation, cette réunion n’en avait que le nom. En effet, le Ministère continue à faire la sourde oreille et ne répond en aucune manière aux demandes de la grande majorité de la profession, soutenue par la CFTC et regroupée dans le collectif, entre autres sur :

  • La reconnaissance médicale de la profession : La revendication portée par la CFTC et le collectif, de la création d’une filière médicale(Titre V statut des praticiens hospitaliers) et d’une représentation uniquement en CME, actée à l’époque par le cabinet de la Ministre, n’est pas reprise. La DGOS estime au contraire que la profession se trouve dans un positionnement exceptionnel du fait d’une double représentation (CME et CTE). Nous lui laissons la responsabilité de ses propos,
  • Le bornage indiciaire : il reste identique aux grilles présentées le 29 avril (395-783). Même si les conditions de reclassement ont été sensiblement améliorées, ces grilles ne répondent pas, là encore aux demandes de la CFTC, avec la création en particulier d’un grade unique.

La DGOS estime avoir « fait des avancées significatives ». Les sages-femmes apprécieront ces propos à leur juste valeur.

La DGOS semble ne vouloir négocier qu’avec l’intersyndicale (CGT, CFDT, FO, SUD et UNSA), laissant de côté la CFTC et la grande majorité de la profession regroupée au sein du collectif.

La Fédération CFTC Santé et Sociaux continue d’exiger une évolution du statut de la profession comme Sages-Femmes-Praticien Hospitalier et demande un bornage indiciaire au niveau des grilles des professions médicales.

La Fédération CFTC Santé et Sociaux se positionnera sur les suites à donner aux propositions de la DGOS, lors de son Bureau fédéral des 19 et 20 mai.

Votre contact
Michel Rollo :
06 50 04 06 56
mrollo@cftc-santesociaux.fr

A propos de la CFTC santé sociaux
La Fédération CFTC santé sociaux défend les salariés des secteurs sanitaire, social et médico-social. Elle participe notamment aux négociations collectives du secteur public, de la CC51, de la CC66 et des conventions collectives des services à la personne, de l’aide à domicile et des assistantes maternelles. Sa devise est « Pouvoir s’opposer, toujours proposer ».