Les employeurs se plaignent de difficultés de recrutement mais comment « donner l’envie d’avoir envie » comme le chantait notre Johnny National, de venir travailler dans les officines quand les augmentations de salaires sont si ténues.
Ce qui est à souligner cette année, c’est qu’il a suffi d’une réunion pour arrêter une position commune. Réunie le 13 janvier dernier, la CPPNI (Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation) a trouvé un consensus et a mis à la signature un accord pour les salaires et la prime d’équipement.
Nous avions proposé une augmentation de 2.5% mais les employeurs n’ont fait qu’un « saut de puce » en passant de 0.9% à 1.3%.
La CFTC refusant de laisser les salarié-e-s sans augmentation et leur faire passer une « année blanche », est signataire de cet accord.
Lequel porte la valeur du point conventionnel à 4.568 € de l’heure sur la base de référence du coefficient 100 de la convention collective, donc le salaire mensuel garanti au coefficient 100, hors primes, est au 1er janvier 2020, de 1.540€ bruts pour 35 heures hebdomadaires.
Mais attention ! Cette augmentation ne sera appliquée que par les pharmaciens adhérents d’un syndicat signataire soit la FSPF et l’USPO.
Pour les autres, il faudra attendre que l’accord déposé auprès des services de l’État fasse l’objet d’une extension pour être appliqué par tous les pharmaciens d’officine et ce sans effet rétroactif au 1er janvier 2020.
Pour la prime d’équipement celle-ci passe de 74 à 76€.

Florence Maury secrétaire adjointe
Roland Scherding négociateur
Fabienne Beck négociatrice