La Fédération CFTC Santé Sociaux défend au quotidien celles et ceux qui composent l’ensemble des acteurs de soins des services de la naissance.

Rappel :

  • La responsabilité professionnelle et juridique du pôle relève du médecin Chef de Pôle, assisté obligatoirement d’une Sage-femme si le pôle contient une unité obstétricale (loi HPST).

Propositions CFTC :

  • Création d’unités physiologiques de suivi des femmes, dont la responsabilité professionnelle, juridique, organisationnelle et fonctionnelle, relève de la Sage-femme ;
  • La Sage-femme Praticien Médical Hospitalier, participe avec les médecins, à l’organisation de la prise en charge des femmes présentant des pathologies ;
  • La CFTC revendique la création d’un poste fonctionnel de Sage-femme Praticien Médical Coordinateur, dans le cadre de la mutualisation inter-établissements, des CHT et des réseaux locaux de la naissance ;
  • La CFTC exige que les Sages-femmes soient désignées comme Praticien de 1er recours, dans le parcours de santé des femmes, et des enfants, jusqu’à l’adolescence !
  • Les Sages-femmes et la CFTC revendiquent, un réel renforcement de la prévention et du dépistage, et un suivi mensuel par la Sage-femme Praticien Médical, des grossesses physiologiques (premier recours avec parcours incitatif) ;

Pour la CFTC, la solidarité interprofessionnelle n’est pas un vain mot, et c’est aussi pour cela que nous exigeons, pour les personnels soignants de nos établissements :

  • ASHQ : déroulement de carrière sur deux grades : ASHQ 2ème catégorie classé à l’échelle 3 et d’ASHQ 1ère catégorie classé à l’échelle 4 ;
  • AS / AP / AMP : formation initiale rénovée, avec un renforcement du programme de formation, avec accès à la catégorie B. Que le DEAP et le DEAS valident et exemptent la première année d’école d’infirmières.
  • Pour les Puéricultrices, un allongement de la formation sur 2 années. Pour la CFTC, ces améliorations de carrière passent aussi par une rémunération revalorisée à la hauteur des compétences de ces professionnels !

Le 7 novembre dernier, le Collectif des Sages-femmes et la CFTC, ont bien pris notes des quelques annonces faites par la Ministre de la Santé :

  • Les Sages-femmes auront leur place dans la stratégie nationale de santé…
  • Les Sages-femmes « Professionnel Médical de 1er recours »…

…c’est insuffisant Madame la Ministre, la profession demande :

  • A quitter le titre IV de la Fonction Publique Hospitalière (FPH) ;
  • A être inscrite aux côtés de leurs collègues médecins, odontologistes et pharmaciens des hôpitaux dans l’article L6152-1 et suivants du Code de Santé Publique comme personnels médicaux des établissements de santé, leur permettant d’accéder à un statut de praticien hospitalier sage-femme ;
  • Un statut de Personnel médical hospitalier, qu’il conviendra de définir dans toutes ses composantes, notamment dans leurs droits et leurs rémunérations, à la hauteur de leurs responsabilités et compétences !

La Fédération CFTC Santé Sociaux défend au quotidien celles et ceux qui composent l’ensemble des acteurs de soins des services de la naissance.

Rappel :
La responsabilité professionnelle et juridique du pôle relève du médecin Chef de Pôle, assisté obligatoirement d’une Sage-femme si le pôle contient une unité obstétricale (loi HPST).

Propositions CFTC :
Création d’unités physiologiques de suivi des femmes, dont la responsabilité professionnelle, juridique, organisationnelle et fonctionnelle, relève de la Sage-femme ;
La Sage-femme Praticien Médical Hospitalier, participe avec les médecins, à l’organisation de la prise en charge des femmes présentant des pathologies ;
La CFTC revendique la création d’un poste fonctionnel de Sage-femme Praticien Médical Coordinateur, dans le cadre de la mutualisation inter-établissements, des CHT et des réseaux locaux de la naissance ;
La CFTC exige que les Sages-femmes soient désignées comme Praticien de 1er recours, dans le parcours de santé des femmes, et des enfants, jusqu’à l’adolescence !
Les Sages-femmes et la CFTC revendiquent, un réel renforcement de la prévention et du dépistage, et un suivi mensuel par la Sage-femme Praticien Médical, des grossesses physiologiques (premier recours avec parcours incitatif) ;
Pour les Puéricultrices, un allongement de la formation sur 2 années, en harmonie avec celle des Sages-femmes. Pour la CFTC, ces améliorations de carrière passent aussi par une rémunération revalorisée à la hauteur des compétences de ces professionnels !

Pour la CFTC, la solidarité interprofessionnelle n’est pas un vain mot, et c’est aussi pour cela que nous exigeons, pour les personnels soignants de nos établissements :
ASHQ : déroulement de carrière sur deux grades : ASHQ 2ème catégorie classé à l’échelle 3 et d’ASHQ 1ère catégorie classé à l’échelle 4 ;
AS / AP / AMP : formation initiale rénovée, avec un renforcement du programme de formation, avec accès à la catégorie B. Que le DEAP et le DEAS valident et exemptent la première année d’école d’infirmières.

Le 7 novembre dernier, le Collectif des Sages-femmes et la CFTC, ont bien pris notes des quelques annonces faites par la Ministre de la Santé :
Les Sages-femmes auront leur place dans la stratégie nationale de santé…
Les Sages-femmes « Professionnel Médical de 1er recours »…

…c’est insuffisant Madame la Ministre, la profession demande :
A quitter le titre IV de la Fonction Publique Hospitalière (FPH) ;
A être inscrite aux côtés de leurs collègues médecins, odontologistes et pharmaciens des hôpitaux dans l’article L6152-1 et suivants du Code de Santé Publique comme personnels médicaux des établissements de santé, leur permettant d’accéder à un statut de praticien hospitalier sage-femme ;
Un statut de Personnel médical hospitalier, qu’il conviendra de définir dans toutes ses composantes, notamment dans leurs droits et leurs rémunérations, à la hauteur de leurs responsabilités et compétences !