Dès son arrivée au pouvoir, le nouveau ministère de l’action publique s’est précipité pour lancer un forum de l’action publique, qui selon lui doit contribuer à moderniser la Fonction Publique, voire le service public.

Il se traduit par un questionnaire (cf. annexe 1) ouvert aux usagers et aux agents publics, en réalité peu contrôlé et ouvert à tous les résidents en France.

En plusieurs parties, il nous interroge sur « les missions et l’action du service public », sur une « Fonction Publique plus ouverte et plus attractive », avec, par exemple, en sous question « faire en sorte que la Fonction Publique soit plus à l’image de la société », ce qui sous-entend qu’elle ne le serait pas…

Enfin une troisième partie « réservée » aux agents publics sur la gestion des ressources humaines dans la Fonction Publique.

Cette partie qui reprend tous les vieux projets de la Fonction Publique depuis 10 ans, avec une orientation libérale et « jeuniste » très marquée, l’administration ne serait pas adaptée aux jeunes générations !

Ce questionnaire ouvert à tous, sans véritable contrôle, est en fait vulnérable à toutes les manipulations.
N’importe quel groupe ou association pourra bourrer les urnes et influer sur le résultat.

Il donne ensuite la pénible impression d’une consultation de circonstance, pour des dirigeants qui savent déjà exactement où ils veulent aller.

Faute de vrai dialogue, il cherche à affaiblir les syndicats en s’appropriant directement les desiderata des fonctionnaires.

Enfin et cela devient une marque de fabrique de ce gouvernement, il ignore les seniors qui ont peu d’intérêt à son sens. Cela est intolérable.

Enfin pour ne pas gâcher notre plaisir, il est prévu des forums en province et l’organisation d’un « défi des écoles de service public » pour faire passer les messages à la très jeune génération.
Tout ceci intervient dans le cadre du Comité Action Publique 2022.

Le programme de transformation « Action publique 2022 » annoncé par le Premier ministre poursuit trois objectifs prioritaires : l’amélioration de la qualité des services publics, la modernisation de l’environnement de travail des agents publics et la baisse des dépenses publiques.
Il comprend trois volets : les travaux du Comité Action publique 2022, le Forum de l’action publique et cinq chantiers transversaux : « Simplification administrative et amélioration de la qualité de service », « Transformation numérique », « Rénovation du cadre RH », « Organisation territoriale des services publics » et « Modernisation de la gestion budgétaire et comptable ».

Les travaux de ces différents chantiers aboutiront à des plans interministériels de transformation et alimenteront les plans de transformation que chaque ministre doit élaborer d’ici mai 2018.

LA CFTC N’EST PAS OPPOSÉE A L’EVOLUTION ET A LA MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE, MAIS CELLES-CI DOIVENT ÊTRE PRÉPARÉES CORRECTEMENT EN COMPLÈTEMENT D’UN DIALOGUE SOCIAL CONSTRUCTIF POUR NE PAS TOMBER DANS LES ERREMENTS DES PRÉCÉDENTES REFORMES.

Tract à télécharger

Annexe à télécharger